AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]



 

Partagez | 
 

 Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvitéavatar
MessageSujet: Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]   Ven 9 Sep - 20:27


Ambroise E. Blackwood & Maël R. Germie

Take my hand, close your eyes, and come with me.



"Il ne faut pas avoir de patience, même de celle dont on s'arme. Patience n'est qu'un habit de lenteur. " Réjean Ducharme

Toujours les mêmes rues tristes et sombres, toujours les mêmes personnes adossées au mur, attendant que la file avance pour pouvoir entrer. Ces mêmes personnes qui venait à chaque concert pour venir me voir jouer avec mon groupe. Mais ce soir, je ne jouais pas, non, je sortais. Avec une autre persone que Payton ou Kalvin, ce soir, j'étais avec Ambroise. Quelques jours auparavant elle m'avait promit un rendez-vous, alors dès que j'étais rentré dans ma chambre, j'avais vérifié que Payton n'était pas là pour l'appeler et lui proposer un rendez-vous aujourd'hui. Revenant de chez Kalvin, après avoir composé une chanson et avoir commencé à l'apprendre, j'étais sortis. 18H30. Parfait, ça me laissait le temps de rentrer tranquillement, de prendre une douche, m'habiller et repartir chercher Ambroise. Après avoir passé le café où j'avais l'habitude de me produire, j'arrivais face à l'internat. J'entrais et me dirigeais rapidement vers ma chambre. Une fois en haut, je balançais ma sacoche sur mon lit, et posais mon étui de guitare sur le sol, puis me déshabillais, sans vérifier que mon colocataire n'était pas dans les parages. Enfin, il m'avait déjà vu nu, mais je ne voulais pas qu'il me retarde. Ma douche ne dura pas plus de cinq minutes. J'en sortis, m'habillais : chemise en lin blanc et jean clair, puis passais ma main dans mes cheveux pour leur donner un effet désordre. Une fois prêt, je partis, ma besace baige sur l'épaule, mais chaussures "clochardes" aux pieds. Je me dirigeais vers les chambres des filles, et me postais devant la porte. 18H55. Je me colle au mur, et enfouis mes mains dans mes poches, puis j'attends. Au bout de deux minutes environ, je porte une cigarette à mes lèvres. Peu importe si je me fais chopper en train de fumer dans un lieu public, il n'y a personne qui est dans les couloirs, donc... Pourquoi se priver ? Nerveusement, je porte ma main à mes cheveux et y passe mes doigts pour relever la mèche de devant, qui a souvent tendance à retomber. Puis j'arrive le col de ma chemise, et vérifie que la braguette de mon pantalon est bien fermée. En somme, je fais une petite vérification avant de me présenter à Ambroise. Je tape du pied, impatiemment, et regarde l'heure. 18H58. Bon sang, mais avance putain d'aiguille !! Je secoue maintenant ma jambe, et me met alors à tourner en rond. Je n'en peux plus. A 18H59, j'hésite à toquer, et puis je me ravise, ça ferait trop accro d'arriver en avance. Alors je me mets à marcher, sautiller, danser le long du couloir pour faire passer le temps. Puis je vais toquer, je regarde l'heure : 19H05. Elle ouvre la porte et je peux enfin l'admirer. Ses longs cheveux clairs tombent le long de ses épaules, ses grands yeux m'observent, et sa belle bouche est fendue en un sourire. Je la regarde et dis : Désolé, je viens d'arriver, y'avait du monde sur mon chemin. Maël, menteur professionnel, mais bon, elle ne saura jamais que cela faisait dix minutes que je me trouvais devant sa porte.

Je prends sa main et nous commençons à marcher vers la sortie. Je vois les gens nous regarder passer, sûrement en train de se demander ce que nous faisons tous les deux, mains dans la main. J'ai envie de leur dire "On sort tous les deux connard ! Maintenant occupes toi de ton cul et fous nous la paix !". Je n'aimais pas les comères, ces gens toujours là pour raconter la vie des autres. Si nous avions besoin d'eux, nous irions les chercher, mais ces gens là n'attendaient pas de signal pour venir s'imisser dans la vie des autres. En ignorant ces regards curieux, j'entraîne la jolie Ambroise vers la sortie, puis tout en marchant, je la regarde.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvitéavatar
MessageSujet: Re: Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]   Ven 9 Sep - 22:27


→ Ambroise && Maël« Laisses moi te parcourir, laisses moi t'aimer. »

Un rendez-vous. Un rendez-vous à deux, en tête à tête, en amoureux? Non, surement pas. Ce n'était pas le terme juste que je devrais employé, je ne connais Maël que très peu et je vois déjà son caractère complexe que j'allais devoir déceler petit à petit. Je voulais connaitre le moindre secret qu'il pouvait caché à travers son regard et son sourire charmeur. Oui il me plaisait, c'était un fait, mais c'était tout. Une attirance physique comme il peut s'en créer tous les jours un peu plus. Je n'étais surement pas son genre bien que de ses lèvres s'étaient échappés un " tu es tellement belle " que je n'avais pas relever. Ce n'était pas le cas après tout, je n'étais pas si belle qu'il voulait bien le prétendre. Pour lui surement que si mais qui sait, il pourrait très bien mentir sur ce fait là? Les hommes sont des bâtards, toujours prêts à nous donner un coup de poignard en plein cœur. Je ne me laisserais pas avoir, je ne tomberais pas bêtement amoureuse de ce beau don juan. Hors, c'était déjà le cas, mon cœur battait la chamade alors que l'horloge n'affichait que seulement 18h. Je n'étais pas prête et je n'allais surement pas l'être avant un bon moment, j'avais peur de ne pas lui plaire ou de, au final, ne pas être correctement habillée pour telle ou telle chose. Je revenais d'une balade avec mes amies du campus et j'avais très chaud, donc je partais me doucher, laissant tomber mes fringues ici et là dans le sol de ma chambre. Personne n'allait entrer, je ne me gênais donc pas. Une fois ma douche prise, je passais en revu toutes les tenues que j'avais en stock, des shorts, des jupes, des jeans etc... Je votais pour un short à moitié trouée, dévoilant mes fines jambes ainsi qu'un haut simple et une veste en cuir. J'ajoutais en plus un chapelet blanc autour de mon cou et je me maquillais, avec une touche de rouge à lèvre pour marquer mon territoire si jamais les choses allaient plus loin qu'un simple rendez-vous, ce que je ne doutais pas. Le tout était à la fois classe et provoquant, tout ce que j'aimais. Je regardais l'heure, 19h05, on toqua à la porte. J'allais ouvrir, un immense sourire sur le visage, le cœur battant. Son visage envahit mon esprit bien avant que j'ouvre la porte, provoquant une boule de stress dans le bas de mon ventre.

Désolé, je viens d'arriver, y'avait du monde sur mon chemin.

Il prend ma main et mon cœur rate un battement. C'était bête; je me sens nerveuse, je ne sais pas quoi faire, ni quoi dire alors que d'habitude, je sais être sure de moi dans ce genre de moment. Je sens tous les regards vrillés sur nous ce qui me fait resséré ma main autour de celle de Maël. Nous marchons ensemble et il me regarde, je le regarde à mon tour et souris.

« Où va-t-on ? Et suis-je bien habillée ? Je fais sac à côté de toi, tu es vraiment très beau tu sais ? »

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvitéavatar
MessageSujet: Re: Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]   Sam 10 Sep - 21:10


Ambroise E. Blackwood & Maël R. Germie

Take my hand, close your eyes, and come with me.


"En période de stress, les femmes parlent sans réfléchir. Les hommes, eux, agissent sans réfléchir. " Allan Pease

La seule fois dans ma vie où j'avais stressé pour un rendez-vous avait été avec Lily, lorsque je lui avais demandé de se fiancé à moi. Je me souviens encore de ce rendez-vous. J'avais vingt ans, j'étais amoureux d'elle comme ce n'était pas permis, j'avais arrêté de vivre pour elle. C'était elle, point barre. J'avais prévu une grande soirée, une petite virée à Chicago, sa ville d'origine, un beau restaurant, une belle bague dans laquelle j'avais mis trois mois de salaire. J'avais tout fait en grand, j'étais dans les normes, un vrai gentleman. Malheureusement cette fille avait abusé de tous mes bons côtés, et m'avait tellement fait souffrir que désormais, je ne me sentais plus à être aussi romantique que j'ai pu l'être il y a quelques années. J'ai longtemps pensé que je ne ressentirais plus jamais cette peur, cette boule au fond de mon ventre qui ne cesse de se retourner encore et encore, je pensais que plus jamais mon coeur ne ferait un bon dans ma poitrine lorsque je verrais quelqu'un. J'ai pensé tout cela jusqu'à aujourd'hui, lorsque toutes ces sensations ont de nouveau envahies mon corps.

Où va-t-on ? Et suis-je bien habillée ? Je fais sac à côté de toi, tu es vraiment très beau tu sais ? Je me sentis rougir, alors je tournais la tête dans l'autre sens et marmonnais un petit "Oh qu'il fait chaud", avant de me retourner vers elle et de l'observer de haut en bas. Comment peut elle douter d'être mal habillée et se dire qu'elle ressemble à côté d'un sac à côté de moi ? Je lui jette un regard de travers et réponds : Merci, et Ambroise, tu es magnifique. Peu importe ce que tu portes. Et nous allons au ciné. Nous marchions silencieusement dans les rues de Los Angeles. Le cinéma se trouvait à un dizaine de minutes d'ici. Je ne savais quoi dire, j'étais trop stressé. Je me tournais vers elle et demandais : Quel film aimerais-tu aller voir ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvitéavatar
MessageSujet: Re: Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]   Dim 11 Sep - 13:02


→ Ambroise && Maël« Laisses moi te parcourir, laisses moi t'aimer. »

Il m’attirait, c’était inévitable, c’était la pure vérité. J’étais attirée par lui, mais c’était tout ce que je ne pouvais malheureusement pas avoir. J’aurais beau me battre, ce serait comme attraper du vent avec les doigts, impossible donc. Et puis je n’étais pas le genre de fille à me satisfaire pleinement d’une relation amoureuse, non, je ne voulais pas aimer, c’était autre chose. Je n’étais pas prête à aimer, pas prête à me donner pleinement à un homme de peur de souffrir et de le faire souffrir, ou de disparaitre comme ça. 10 ou 20 ans, c’est quand même très court quand on y réfléchit bien, je ne suis que de passage, comme tous les humains c’est vrai, mais moi, mon passage sera beaucoup plus bref. Dire que je ne pourrais pas voir mes enfants grandir ou même avoir des enfants, c’était bien trop triste. Je me voyais mal en mère mais j’avais tout de même envie d’essayer, j’aurais tellement aimé avoir un enfant, rien que pour voir si, pour une fois, j’arrive à faire quelque chose de bien de ma vie. Je voulais donner la vie comme toutes les femmes, je voulais être moi en somme. Mais c’était impossible, je ne pouvais pas, j’étais malade. J’ai pas de cœur, j’peux pas aimer après tout.

« Merci, et Ambroise, tu es magnifique. Peu importe ce que tu portes. Et nous allons au ciné. »

Je ne pouvais m’empêcher de rougir légèrement, je n’avais pas l’habitude des compliments, j’étais plutôt habituer aux « t’es bonne » et tout le bordel, mais lui, il semblait différent de tous les mecs que j’avais connu.

« Merci Maël… »

Nous marchions donc en direction de notre lieu de tête à tête. Le cinéma, basique mais tellement bien. Un film à l’eau de rose serait parfait pour parler tranquillement en se mettant tout au fond de la salle. C’était parfait pour les rendez-vous romantique, pas pour les rendez-vous normaux. Alors que je levais les yeux vers les affiches pour savoir les films qui passaient en ce moment, la voix douce de Maël raisonna une fois de plus, déclenchant un léger sourire sur mon visage.

« Quel film aimerais-tu aller voir ? »

Je ne savais pas, c’était ça le problème. Je serrais doucement sa main avant de me coller contre lui alors qu’un couple nous passait à côté. Je serrais doucement son bras contre moi, d’une manière discrète, que lui seul pouvait voir et sentir.

« Celui que tu veux, même un film à l’eau de rose, ça me va »

Un rire nerveux s’échappa de mes lèvres. J’étais gênée de me trouver avec lui et pourtant, j’étais tellement bien à ses côtés.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvitéavatar
MessageSujet: Re: Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]   Lun 12 Sep - 20:47


Ambroise E. Blackwood & Maël R. Germie

Take my hand, close your eyes, and come with me.


"La sincérité est une ouverture de coeur. On la trouve en fort peu de gens, et celle que l'on voit d'ordinaire n'est qu'une fine dissimulation pour attirer la confiance des autres. " Jean François de La Rochefoucault

En y repensant bien, j'ai toujours eu du mal avec le femmes. Adolescent, j'étais un véritable empoté, toujours à mettre les deux pieds dans le plat, à dire le mot de travers, à rougir comme une tomate et à me prendre dans la tête tout ce que je trouvais sur mon passage. Les filles se moquaient de moi, les garçons eux avaient pitiés de moi. J'étais un bon ami, un bon camarade, toujours là pour les autres, or, il n'y a jamais réellement eu quelqu'un pour moi. Et puis Lily est arrivée, Lily, cette magnifique Lily. Elle était comme un cadeau tombé du ciel, je me sentais minable à côté d'elle. C'est vrai, elle était belle, intelligente, sûre d'elle et elle avait les amis, la popularité. Je me suis longtemps demandé ce qu'elle pouvait bien me trouver, j'étais mal à l'aise avec elle, j'avais peur de foirer, comme à mon habitude. Mais à ma grande surprise, j'avais fait preuve d'une grande maitrise de moi, et elle était comblée, tout comme moi. Pourtant ce n'était rien, c'était une petite forraine de rien du tout, mais je m'étais débrouillé comme un chef, après avoir regardé tous les films possibles où des adolescents empotés invitaient une fille merveilleuse à sortir. Et là j'ai compris ce qu'elle aimait chez moi : j'étais peut-être maladroit, mais j'étais gentil, déterminé et je faisais que de bonnes intentions. C'est grâce à Lily que j'ai appris à avoir confiance en moi, mais c'est aussi à cause d'elle que j'ai par la suite, arrêté d'avoir confiance en moi.

Et Ambroise était le premier rendez-vous que j'avais donné depuis Lily. Je la voulais, comme j'avais voulu Aubrey dans mon lit. Mais il n'y avait une différente entre ces deux jeunes femmes, avec Aubrey, ce n'était que du sex, et qu'un jeu, un éternel recommencement. Alors qu'avec Ambroise, il y avait autre chose, j'étais sincère avec elle, alors qu'avec Aubrey, ce n'était que du baratin. Merci Maël… J'adorais la voir rougir, elle était toujours très jolie, très attirante. Je lui souriais et nous arrivions devant le cinéma. Je lui demandais ce qu'elle désirait voir, et tandis qu'un couple passait à côté de nous, elle se serra contre moi. Puis elle me serra le bras, d'une façon qui n'était pas visible pour les autres. Il n'y avait que moi pour sentir. Celui que tu veux, même un film à l’eau de rose, ça me va.

Je grimaçais, les films à l'eau de rose n'étaient pas vraiment ceux que j'aimais. Je parcourais l'affiche des yeux, il n'y avait rien de réellement pétillant. Alors je fourrais les mains dans mes poches, et annonçais, très sérieux : "Les Schtroumpfs" ça te va ? Ou "la Guerre des boutons". Comme tu veux. Tu choisis. Je sentis son regard empli de curiosité près de moi, alors je baissais les yeux vers elle et souriais. Puis pour me justifier j'annonçais : Ca me fait déprimer les films à l'eau de rose...
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvitéavatar
MessageSujet: Re: Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]   Mer 21 Sep - 22:00


→ Ambroise && Maël« Laisses moi te parcourir, laisses moi t'aimer. »

J'étais une femme à homme, j'aimais séduire et j'aimais être séduite. Moi pourtant timide dans mon enfance, j'avais sus changer quand il le fallait et j'étais ce que j'étais aujourd'hui. Je passais de lit en lit, de conquêtes en conquêtes et c'était le pied. Pas d'amour, pas de souffrance, juste un lit et deux adultes. Je n'étais pas prête à ressentir quelque chose pour quelqu'un, j'étais trop fragile. Mais si j'attendais, cela n'allait pas aller en s'arrangeant. Je n'envisageais rien avec Maël pour l'instant, c'était juste un ami, sans plus. Enfin si, il m'attirait, c'était le plus. Je me serrais contre lui, son odeur envahissant lentement mes poumons. J'aimais son odeur, c'était officiel.

"Les Schtroumpfs" ça te va ? Ou "la Guerre des boutons". Comme tu veux. Tu choisis.


Je hochais la tête, bah oui, pourquoi pas ? Je le regardais et pointais l'affiche des Schtroumfs, une envie soudaine de retourner en enfance. Je connaissais par cœur la chanson du générique quand j'étais petite mais aujourd'hui, ce n'était qu'un lointain souvenir. Il baissa les yeux vers moi avec un sourire qui me fit littéralement craquer.

Ca me fait déprimer les films à l'eau de rose...

Je lui embrassais la commissure des lèvres en douceur. Tant pis, pas de film à l'eau de rose, ce n'était pas grave. Je prenais sa main tiède et la serrait en douceur en l'entrainant vers les queues pour les tiquets. Je lui embrassais la main alors que personne ne nous regarder et me collait doucement contre lui.

« Les Schtroumfs ca ira alors.. »

Je lui souriais.

« Je te préviens, je risque de chanter sur le générique... Mais je chante pas superbement bien... »

Un léger rire s'échappa de mes lèvres alors que je cachais mon visage rougissant avec mes cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvitéavatar
MessageSujet: Re: Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]   Sam 24 Sep - 19:26


Ambroise E. Blackwood & Maël R. Germie

Take my hand, close your eyes, and come with me.


"À chacun de nous, Dieu offre le choix entre la vérité et la tranquillité. Ce choix, faites-le ; jamais vous n'obtiendrez à la fois l'une et l'autre." Ralph Waldo Emerson

Quand j'étais petit, ma mère me disait souvent de prendre mon courage à deux mains et d'aller parler aux autres. A l'époque, j'étais un petit garçon bien plus empoté encore, turbulent mais toutefois timide. Je n'aimais pas parler aux gens, je les regardais de bas, et faisais la moue. Je n'aimais pas les gens, toujours à vous tripoter vos pauvres petites joues innocentes soit disant parcequ'elles sont jouflues. Alors souvent, je m'enfuyais, et allais me poser seul dans un coin, avant de chantonner dans ma tête mes chansons préférées. Puis je revenais, après qu'on m'ai longuement cherché, et me faisais disputer par mes parents. Je m'en fichais que l'on me dispute, tout ce que je voulais, c'était être en paix, et puis basta. De toute façon, je ne craignais rien ni personne. J'étais un gars, j'étais fort, je pouvais surmonter tout et n'importe quoi. Mais j'avais tord, il y a des chose qui sont dures à vivre, mais jamais, ô grand jamais je ne me serais avoué avoir eu tord. J'avais ma fierté, ma dignité, et ma mauvaise foi. De toute façon, j'étais un menteur, et je le serais toujours. Je mentais à mes proches, et même à moi-même. Je ne sais pourquoi, mais lorsque Lily et ma fille sont mortes, j'ai dit à tout le monde que j'allais bien, que j'étais triste, mais sans plus. Qui m'a cru ? Absolument tout le monde. Je peux être très persuasif à certains moments, et puis même, personne ne me conaissait assez pour savoir que cet accident avait tout détruit en moi.

Ambroise me ramena à la réalité lorsqu'elle m'embrassa délicatement la comissure des lèvres, puis qu'elle prit ma main dans la sienne, la serra doucement puis la baisa discrètement.Les Schtroumfs ca ira alors... Je souriais. Deux grands gamins, voilà ce que nous étions. Ce soir, j'avais envie de revenir en enfance, où tout était simple - bien que j'avais cette sale habitude de tout compliquer -, et naturel. Voir un film qui avait bercé mon enfance était sûrement le meilleur moyen d'y parvenir. Je n'aimais pas réellement ces rendez-vous parfait, car ils en perdaient toute leurs magies. Je préfèrais les rendez-vous que certains qualifiraient de "ratés", de toute manière, j'étais un raté, alors pourquoi devrait-ce en être autrement ? Je te préviens, je risque de chanter sur le générique... Mais je chante pas superbement bien... Je riais tout en la regardant, puis j'affichais mon sourire en coin, je crus voir son visage s'adoucir à cet instant, je lui caressais donc la joue avec tendresse et lui embrassais le front. Je suis persuadé que tu chantes très bien ! Et moi aussi je connais ce générique par coeur ! Que croyais-tu que je regardais petit ? A ton avis, qui m'a inspiré !! Je l'attirais à moi et tendais dix dollars à la dame derrière le guichet avant de nous entraîner vers la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Take my hand, close your eyes, and come with me. [Ambroise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beverly Internat :: Cinéma-