AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
C'est promis demain j'arrête les ascenseurs.



 

Partagez | 
 

 C'est promis demain j'arrête les ascenseurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvitéavatar
MessageSujet: C'est promis demain j'arrête les ascenseurs.    Sam 13 Aoû - 1:09

Lexie & Cassie




    Fatiguée... Épuisée... Complètement morte. Quelle idée d'avoir construit un centre commercial avec autant d'étages, hein ? J'ai au moins une dizaine de sacs bien lourds sur chaque bras, j'ai l'impression qu'ils vont bientôt tomber et me laisser là. Je ne pourrais plus rien faire. Mes jambes sont lourdes et c'était bien ma veine d'avoir mis des chaussures à talon, vive les compensées ! Je me sens boudiner, j'ai chaud, avec ce soleil qui tape je me sens vraiment mal. De toute façon tout va bientôt fermer, et j'ai encore tout ce foutu étages à descendre avant de marcher librement vers l'internat. Hum, quelle bonne partie de plaisir. Je me poste devant l'escalier, j'étais presque seul à mon étage, les grilles tombaient les unes après les autres. Le métal poussait un cri strident avant de frapper lourdement le sol et de résonner quelques secondes encore dans mes oreilles. Je vais finir avec une bonne migraine si ça continue. Je venais à peine de poser le pied sur la première marche que je l'enlevais aussitôt. Aïe, trop douloureux pour mes pauvres jambes. Celles-ci semblaient encore plus pâles qu'en temps normal, mes veines avaient doublé de volume, presque à la limite de l'explosion. Encore un appel, le centre va fermer. Facile a dire, mais moi si je fais un pas de plus je tombe par terre. Les derniers passants, ou même vendeurs me dévisageaient, ils n'avaient pas l'habitude de voir un perche immobile devant un escalier à le dévisager longuement....? Un coup d'oeil vite fait de l'étage, et c'est là que j'aperçus, un ascenseur, là il me tendait les bras et m'appeler. Sans plus attendre je forçais mes jambes, aussi douloureuse soient-elles à bien vouloir dénier me déplacer jusqu'à la cage grise. On appuie sur le bouton on attend et on rentre en attendant la fermeture des portes, un peu de repos avant la reprise, j'avais une envie folle de m'asseoir par terre, mais, je m'abstins.


    On était samedi, un week-end bien mérité après une bonne semaine de cours. Ça faisait bien un mois que j'étais arrivée à Bi et je n'avais pas encore pris un petit temps pour faire du shopping. Et puis, faut dire que d'un bout des États-Unis à l'autre la mode est un peu différente. Et puis, j'avais laissé une bonne partie de mes affaires à Boston, je ne voulais pas trop m'encombrer dans l'avion et tout ça. Donc j'avais enfin décidé de bouger et de me chouchouter un peu. Surtout que je ne fais pas les boutiques tous les jours. Comme il me fallait pas mal de choses, je ne me suis pas ruée sur les boutiques de marque, mais plutôt dans des boutiques dites 'Moyennes', mais c'est pas non plus les friperies, on trouve de la bonne qualité à bon prix. Ou même des marques dégriffées. Voilà mon bonheur, un grand centre commercial, dont les boutiques sont à peut près les mêmes que celle que je fréquentais avant.


    Les heures passaient et défilées à vitesse grand V, je ne m'en étais à peine rendu compte. Ne connaissant quasi personne dans Beverly Hills à proprement parlé, je m'étais un peu lâché. J'ai bien le droit de m'amuser toute seule non ? Dans une parfumerie qui vendait aussi des cosmétiques, j'avais demandé à être maquillé et aussi qu'on me fasse les ongles. Ce n'est pas trop mon genre, mais une fois de temps en temps, on a bien le droit de changer... J'en ressortis avec quelque produits Bio dans un grand sac, les lèvres badigeonnées de gloss, un teint de poupée, des cils interminables, de petites touches rosées et fraiche, ainsi qu'une manucure rose violacé, un peu comme la couleur de mes lèvres. Je n'étais pas si moche pour une fois, mais je ne me ferai pas ça tous les jours, une fois tous les six mois peut-être, et encore... Je ressemblais à une de ses Gossip à ragot, le nez toujours plongeait dans les magazines de mode et de peoples. La bonne blague ! Enfin, une fois rentrée, j'allais me faire un malin plaisir à tout enlever.


    Un, sac, puis un autre, encore un, et encore, et encore,... C'est à peine si l'on voyait mes bras sous tous ses sacs. J'avais acheté des tout, pour tenir un bon moment. Pas la peine de faire une liste, elle prendrait un an à faire. Enfin bon je m'étais fait plaisir. Mais là, j'avais une grosse envie de prendre des photos. Heureusement que je n'avais pas emmené mon appareil, je l'aurais mis où dans tout ça ? Surement nulle part. Enfin demain j'irais prendre des clichés de la ville, ou d'un parc, enfin on verra bien.


    Maintenant je suis dans l'ascenseur, pas fâchée de rentrer, il n'y avait presque personne, les lumières commençait à s'éteindre, tout était calme, il y avait juste mon corps tout entier qui me faisait mal, allez plus que quelques minutes et tout sera terminé...

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est promis demain j'arrête les ascenseurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beverly Internat :: Boutiques moyennes-